SVT : Café pédagogique de Mai


de JP Gallerand - E Jourdan

A la Une : L’EIST

Progressivement l’idée qu’il faille moins d’adultes face aux élèves de 6ème et de 5ème fait son chemin. L’EIST en est une parfaite illustration. On retrouve plus ou moins cette idée aussi bien à droite comme à gauche. L’expérimentation sera certainement renforcée, y aura-t-il une jour une généralistion ? En attendant nous vous proposons de nombreuses informations sur ce sujet pour vous faire une idée et peut-être l’adopter !

Dans le Bo n°26 du 30 juin 2011, une circulaire invite toutes les classes de 6ème à mettre en place l’enseignement intégré des sciences. "
Le développement de l’enseignement intégré de science et technologie (EIST) est l’une des mesures phare du plan « Une nouvelle ambition pour les sciences et les technologies à l’École » présenté par le ministre le 31 janvier 2011. L’EIST, expérimenté en classe de sixième et de cinquième entre 2006 et 2010 à l’initiative de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies, a fait l’objet de plusieurs évaluations. Elles ont montré la pertinence pédagogique de ce dispositif qui favorise notamment l’acquisition de compétences du socle commun de connaissances et de compétences et renforce le goût des collégiens pour les sciences et la technologie.
La présente circulaire a pour objectif de préciser les orientations pour la mise en oeuvre de l’EIST en classe de sixième et d’accompagner les établissements et les équipes pédagogiques qui souhaitent s’y engager.
http://www.education.gouv.fr/cid56640/mene1115481c.html

Mais qu’est quel jugement porter sur l’enseignement intégré des sciences et de la technologie (EIST) au collège ?
C’est une vieille étude (2009) que le ministère publie dans un numéro des Dossiers évaluation et statistiques. Elle fait un bilan et réfléchit aux conditions du succès de l’EIST. Pour cet enseignement intégré les professeurs de SVT, physique chimie et technologie acceptent d’enseigner chacun les trois matières de façon à faciliter al transition de l’école au collège et à enseigner autre ment les sciences. L’enquête porte sur le petit nombre d’enseignants expérimentant l’EIST. Depuis l’EIST a été élargi à davantage d’établissements et donc à des enseignants qui ne sont pas volontaires.
L’enquête révèle l’importance du travail en équipe des enseignants. " Le travail d’équipe, qui part d’une « faiblesse » des enseignants dans l’EIST, puisque nul ne maîtrise les connaissances et compétences de ses collègues, va devenir la force de cet enseignement : les professeurs, contraints de travailler ensemble, vont non seulement mutualiser leurs connaissances disciplinaires, mais aussi préparer leurs séances en commun, réfléchir à leurs façons de faire, à leur progression, à leur démarche", explique l’étude. Au final, c’est "la façon d’enseigner de chacun" qui est bouleversée.
Quel bilan ? Pour les élèves, " les professeurs confirment que le rapport au savoir des élèves et le sens qu’ils donnent à leurs apprentissages se sont améliorés : l’expérimentation a permis aux élèves de développer « leur intérêt pour les sciences et la technologie », « leur motivation scolaire », « leur ouverture sur le monde » et « leur intérêt pour leur propre discipline ». Il semblerait que l’ensemble de ces effets aient permis dans trois-quarts des cas une amélioration de la réussite scolaire en science et en technologie". Mais pas pour tous. L’EIST ne se présente donc pas comme une réponse satisfaisante face à l’échec scolaire.
http://media.education.gouv.fr/file/200/40/8/DEPP-Dossier-2012-200_-_EIST_210408.pdf

Il y a un peu plus d’un an nous vous présention l’EIST
Qu’est ce que l’EIST ? (présentation officielle)
L’enseignement intégré de science et technologie (EIST) en sixième et cinquième est expérimenté depuis 2006. Il permet de mettre en oeuvre la démarche d’investigation caractéristique des pratiques scientifiques et technologiques et favorise le décloisonnement entre disciplines. Les expérimentations à l’École reposent sur l’article 34 de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005. L’EIST repose sur l’observation, le questionnement et l’expérimentation. Ce dispositif associe les disciplines scientifiques expérimentales (sciences physique et chimique et sciences de la vie et de la Terre) à la technologie. L’EIST vise plusieurs objectifs : stimuler la curiosité et développer le goût des sciences des élèves ; faciliter la transition entre l’école élémentaire et le collège ;donner une cohérence entre les disciplines scientifiques et technologiques, pratiquer la démarche d’investigation telle qu’elle est inscrite dans les nouveaux programmes de sciences.
L’EIST répond aux objectifs du socle commun de connaissances et de compétences : il s’inscrit dans le respect des programmes nationaux.
Entre 2006 et 2010, les évaluations croisées du ministère de l’Éducation nationale et de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) ont montré la pertinence de cet enseignement.
Quelle est la répartition de l’EIST en France ?
Des équipes d’enseignants ont répondu plus favorablement dans certaines académies que dans d’autres.
Quels peuvent être les freins à la mise en place de l’EIST ?
L’EIST touche à l’organisation du collège et complexifie, en particulier, l’emploi du temps de l’établissement ce qui peut inquiéter ! C’est aussi une évolution de trois disciplines ce qui provoque des interrogations voire des craintes de la part de certains enseignants très investis dans leur matière.
Qu’est ce qui pourrait faciliter sa mise en place ?
L’EIST était sans doute trop « dirigé » à l’origine, en 2006, avec un cahier des charges assez stricte et sans réelle liberté d’action, l’information ne circulant que dans un seul sens du haut (instructions officielles) vers le bas (les établissements) et pas assez dans l’autre sens. Il serait souhaitable que ce système acquière plus de souplesse pour devenir un véritable espace d’expérimentation avec des remontées permettant à l’EIST d’évoluer.
Que faut-il faire pour favoriser l’EIST ?
Il est nécessaire d’obtenir une convergence entre un groupe d’enseignants et le chef d’établissement ce qui permet d’obtenir les conditions nécessaires à la mise en place de l’EIST, en particulier la dotation horaire indispensable à son bon fonctionnement. L’enseignement de l’EIST en groupes restreints ou du moins avec des temps de travail en petits groupes est bien adapté pour permettre d’atteindre pleinement les différents objectifs propres à cet enseignement. Un temps de concertation entre les enseignants est indispensable. Les enseignants doivent être soutenus et reconnus. Il est souhaitable que les équipes éducatives pensent plus en termes de formation de l’élève que d’acquisition de savoirs disciplinaires et recherchent une plus grande efficacité de l’apprentissage. L’écart entre ce qu’attendent les enseignants de leurs élèves en termes d’acquisition de savoirs et de savoirs-faire et ce qu’ils obtiennent peut être important. Quelques questions à poser aux élèves permettent de mesurer cet écart : Qu’avez-vous aimé ? Qu’avez-vous retenu ? Quelles difficultés avez-vous rencontrées ? Quels conseils donneriez-vous à votre professeur ? Deux réactions sont possibles de la part des enseignants : ne rien changer ou se poser la question de ce qui pourrait être fait. L’EIST est probablement une des réponses à cette question.
L’après EIST ?
L’EIST a sa place en 6ème, voire en 5ème, mais cet enseignement semble plus difficile à concevoir et à organiser en 4ème ou en 3ème , en raison de la difficulté croissante des notions dans chaque matière, ce qui pourrait mettre en difficulté certains collègues dans les disciplines qui ne sont pas les leurs. Plus on avance dans la scolarité plus les notions sont pointues et plus elles ont besoin d’être individualisées et enseignées par un expert de chaque matière.
Mais si l’EIST n’était qu’une première étape et que d’autres disciplines rejoignaient cette expérimentation ! Des lycées de type finlandais ont déjà une organisation proche de celle qui pourrait être mise en place dans les collèges comme l’enseignement disciplinaire le matin et interdisciplinaire, sous la forme de projets, l’après midi. L’important c’est de respecter l’horaire annuel de chaque discipline, mais il faut sans doute quitter l’emploi du temps qui se répète semaine après semaine. Pourquoi ne pas alterner trois semaines avec peu de sciences avec une semaine réservée en grande partie à l’enseignement scientifique, en un mot, « innover ».
Que peut apporter l’EIST aux élèves ?
L’Enseignement Intégré des Sciences et Technologie permet de donner plus de sens à l’enseignement scientifique, en ne cloisonnant pas l’analyse d’une situation concrète en fonction des disciplines SVT, PC ou Technologie. Cet enseignement donne plus de cohérence aux savoirs et savoir-faire de chaque discipline.
Quel est le profil de « l’enseignant d’EIST » ?
L’enseignement de l’EIST est basé sur le volontariat ; il ne doit pas être vécu comme une contrainte et les professeurs concernés doivent avoir envie de s’y investir. Ces enseignants doivent accepter de travailler ensemble et différemment, de partager, d’harmoniser leurs pratiques tout en apportant leur spécificité. Cet enseignement nécessite de prendre du temps pour une ouverture sur le travail des collègues. Il ne s’agit plus d’enseigner spécifiquement les svt, la physique ou la techno mais de proposer un enseignement intégré de sciences et technologie. L’enseignant de SVT n’est pas amené à enseigner de la technologie et des sciences physiques mais de l’enseignement intégré des sciences et technologie. Les 3 disciplines ne sont plus forcément identifiables en tant que telles. C’est le prolongement en 6e de l’état indifférencié de l’école. Chaque enseignant reste un expert disciplinaire dans la mesure où il fait comprendre l’approche spécifique de sa discipline a ses collègues.
L’EIST est-il bien intégré dans la démarche du socle commun des connaissances ?
Dans l’EIST, la largeur du champ facilite la démarche d’investigation, l’approche par tâches complexes. Les élèves partent de leurs interrogations sur des situations ancrées dans le réel, le concret. Ils s’interrogent sur un « objet » et doivent découvrir qu’ils ont besoin de connaissances et « compétences » dans chaque discipline pour le comprendre dans sa globalité. Ils devront expérimenter pour acquérir les savoirs et savoir faire du socle commun des connaissances. Cela permet notamment de développer des compétences transversales. En outre, certains objectifs du socle sont tout à fait dans l’esprit spécifique de l’EIST, comme par exemple « comprendre le lien entre sciences et applications technologiques ».
Comment se déroulent les visites et les inspections en cours d’EIST ?
Une inspection est tout à fait possible lors de l’enseignement d’EIST, généralement en accord avec l’enseignant. De simples observations sont également possibles, en complément d’une visite dans un cours plus « classique ». Il peut être intéressant de pratiquer une observation « collective » pour croiser les regards sur cet enseignement, et enrichir l’entretien pédagogique avec l’équipe concernée. Dans tous les cas, c’est l’entretien pédagogique qui donne tout son sens aux observations réalisées.
Quelques remarques apportées par des enseignants d’EIST volontaires :
La dynamique de classe se trouve renforcée, les élèves semble très motivés car l’approche est très naturelle. Au début, ils ne se posent pas des questions de SVT, de techno ou de PC, mais des questions tout simplement. En fait, cela leur permet de découvrir peu à peu ce que sont ces différentes disciplines (SVT, OC, Technologie), au fur et à mesure du travail et ainsi d’appréhender peu à peu la spécificité de chacune.
Les enseignants sont globalement satisfaits même s’ils reconnaissent que cela leur demande un gros travail, notamment la première année ;
Le travail en équipe est bénéfique, il renforce la cohérence des discours et des approches et permet d’éviter des erreurs (erreur qu’un enseignant d’une discipline peut parfois faire lorsqu’il manipule des notions ou des approches d’une autre discipline).
La majorité des enseignants qui ont expérimenté l’EIST ne souhaitent pas revenir en arrière.
L’EIST peut-il être généralisé prochainement ?
A ce jour il n’y pas d’informations permettant de répondre à cette question.

Autres informations :
L’avis de l’APBG (Association des Professeurs de Biologie Géologie)
L’APBG réaffirme le rôle incontournable que joue chaque discipline dans l’appropriation de la culture commune : ce sont les complémentarités des approches et des contenus des différentes disciplines qui donnent aussi du sens aux savoirs.
Leur croisement dans des travaux interdisciplinaires exigeants contribue à donner du sens aux apprentissages, mais ne peut être efficace que s’il est assuré par des enseignants volontaires qui n’enseignent que leurs disciplines.
Or l’expérimentation de « l’Enseignement Intégré de Science et Technologie » au collège effectuée par le Ministre tourne le dos à une telle approche. Elle doit être abandonnée. L’APBG ne souhaite pas un enseignement des Sciences et technologies avec un seul professeur. L’exemple le plus frappant est la Grande Bretagne qui est en train de faire marche arrière sur cette voie devant les résultats catastrophiques pour la jeunesse et de revenir à un enseignement plus disciplinaire.
Par contre l’APBG est pour un travail en équipe où chacun apporte sa spécificité comme dans les travaux personnels encadrés mais non une pseudo polyvalence qui a conduit à l’abandon des PEGC. Il faut aussi dénoncer la déqualification des enseignants qui est le corollaire de l’EIST.
Or les annonces faites à propos du « plan Science » pour le collège ne portent que sur une augmentation de l’expérimentation de l’EIST. Les expériences déjà faites dans les quelques dizaines de collège et celles prévues avec « le plan Science » sont totalement faussées puisque les élèves travaillent en groupes restreints sur tout l’horaire élève et les professeurs ont des heures de concertation. De ce fait, le coût devient très important avec un enseignement dispensé par les différents professeurs, mais il est « diminué » par la suppression de deux enseignants et la réduction d’horaire global.
Il faut ajouter qu’actuellement tous les groupes restreints pour des travaux pratiques dans les disciplines expérimentales et en technologie sont supprimés. Les enseignants travaillent en classes entières qui peuvent souvent dépasser 30 élèves suite à la suppression des postes dans près de 8000 collèges. (Paris le 16 janvier 2011)
http://www.apbg.org

La main à la pâte : Des prix pour soutenir l’enseignement intégré des sciences
Huissiers à chaînes, marbres, sculptures et boiseries, académiciens, ministre. Quoi de plus prestigieux que l’Institut de France ? Mardi 1er février, c’est dans le palais du Quai de Conti que La main à la pâte récompensait les meilleurs projets de 2010. Parmi les lauréats, deux collèges récompensés pour leur mise en place de l’enseignement intégré des sciences...

Mais L’EIST a été supprimé au collège Le Monteil qui a été un des lauréats ! Depuis la rentrée chaque discipline travaille à nouveau isolément..." Inquiétant !
L’article de François Jarraud
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/02/Lamainalapate.aspx

Enquête nationale sur les démarches d’investigation dans l’enseignement des sciences, des mathématiques et de la technologie.
Cette enquête nationale a pour objet de mieux connaître les opinions des enseignants de sciences de la vie et de la Terre, de sciences physiques et chimiques, de mathématiques et de technologie sur les démarches d’investigation dans la classe. Elle s’adresse à tous ceux qui enseignent ces disciplines dans les collèges et les lycées, qu’ils estiment ou non pratiquer ces démarches.
http://www.inrp.fr/enquetes/index.php?sid=87982

Plus d’informations :
http://eduscol.education.fr/cid53892/enseignement-integre-science-technologie.htm
http://science-techno-college.net/?page=284
Deux guides :
http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_306877/guide-de-decouverte-de-leist
Présentation (diaporama de l’INRP) :
www.inrp.fr/formation-formateurs/catalogue.../eist-b.-salviat-d.rojat.ppt
La conférence de presse de Luc Chatel
http://www.education.gouv.fr/cid54824/page.html
http://www.education.gouv.fr/cid54824/une-nouvelle-ambition-pour-les-sciences-et-les-technologies-a-l-ecole.html
Interview de Luc Chatel
http://www.lejdd.fr/Societe/Education/Actualite/Luc-Chatel-devoile-son-Plan-sciences-interview-260913/
l’EIST sur Eduscol
http://www.eduscol.education.fr/pid24476/universite-eist.html
L’avis du SNUipp
http://www.snuipp.fr/rien-de-nouveau-sous-le-soleil
JP Gallerand.
Contributeurs : François Muller, CARDIE : Cellule Académique de Recherche et Développement en Innovation et Expérimentation, et des enseignants.

Deux autres dossiers pour compléter celui-ci :
Le dossier EIST de technologie
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/technologie/Pages/120_1.aspx
Le dossier EIST des Sciences physiques et chimiques
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/sciences/physiquechimie/Pages/2011/120_1.aspx

Pour le Prof

Participez au 5ème forum des enseignants innovants
L’innovation pédagogique c’est vous ! C’est ce que les enseignants inventent et réalisent dans leur classe, avec ou sans partenaire extérieur, en toute liberté. C’est le message que veut faire passer, avec vous, le 5ème Forum des enseignants innovants et de l’innovation éducative qui se tiendra à Orléans les 1er et 2 juin à l’appel du Café pédagogique et de notre association.
Attention ! Il ne vous reste plus que quelques jours pour déposer votre projet !
Avec le soutien du Ministère de l’éducation nationale, du CNDP et de la Région Centre, le Forum invitera, à Orléans les 1er et 2 juin, 100 enseignants sélectionnés sur la qualité de leur projet pédagogique par un jury composé d’associations d’enseignants (Afef, APEG, Acireph, Aeeps, APBG, APHG, APLV, APSES, APV, Assetec, Les Clionautes, Udppc, Usep), de partenaires de l’Ecole (Ecoles Internet, Ligue de l’enseignement, Jeunesse au Plein Air) et du Café pédagogique.

Pourquoi participer au Forum ?
- pour faire reconnaître votre travail et permettre à tous de bénéficier de votre expérience
- pour sortir de l’isolement et faire partie de la communauté des enseignants innovants
- pour participer durant deux jours à un événement où on rencontre des collègues inoubliables
- parce que le Forum bénéficie du soutien du Ministère de l’éducation nationale
- pour avoir une vision de ce qui se fait de nouveau dans toutes les disciplines au primaire et au secondaire
- pour soutenir l’innovation pédagogique libre à un moment où ce n’est pas superflu...

Comment participer ?
Vous êtes enseignant ou association complémentaire de l’école ? Vous avez mené un projet éducatif intéressant ? Il vous suffit de remplir le formulaire en ligne sur www.forum-orleans2012.net avant le 25 avril. La participation au concours est gratuite. Si votre projet est retenu, vous êtes défrayé de vos frais de transport et pris en charge les 1er et 2 juin à Orléans. Le Forum attribue des prix. Venez rejoindre la communauté des enseignants innovants !

Le témoignage d’une collègue qui a participé au forum 2011 de Lyon.
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/sciences/svt/Pages/2011/123_Alaune.aspx

Le témoignage de collègues qui ont participé au forum 2008 de Rennes.
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/sciences/svt/Pages/2008/92_Alaune.aspx

Faites connaître votre projet et participez au Forum
http://www.forum-orleans2012.net/
Redécouvrir le Forum de Lyon en 2011
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/laclasse/Pages/2011/123_1.aspx
Tous les projets présentés à Lyon
http://www.cafepedagogique.net/communautes/Forum2011/default.aspx

"Ma voie scientifique", un site pour renouer avec le goût des sciences
Pourquoi ouvrir un site pour l’orientation dans la voie scientifique ? Il semble qu’elle se porte bien si on regarde la simple évolution de la filière S. En dix ans elle est passée de 31 à 34% des bacheliers généraux et technologiques. Pourtant l’Onisep, la Fédération des industries mécaniques, la Conférence des directeurs d’écoles d’ingénieurs ouvrent "Ma voie scientifique" en partenariat avec le Café pédagogique.
Destiné aux collégiens et lycéens, Ma voie scientifique offre les instruments habituels des sites d’orientation : des vidéos et des fiches métiers (200 en l’occurrence). Il donne toutes les informations sur les universités, les CPGE, les écoles d’ingénieurs et grandes écoles et leurs concours. Mais il a aussi ses particularités. La géolocalisation qui permet de voir les ressources de formation au plus près de chez soi. Surtout la plus grande partie de l’écran est prise par un magnifique blog des sciences. Il est tenu par un scientifique qui partage l’actualité des sciences.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/04/040412-sciences.aspx

Canal des métiers
Dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, le site Canal des Metiers.tv a créé un espace enseignant qui met à disposition des vidéos destinées à aider les élèves à découvrir les métiers et à construire leur parcours professionnel.
http://www.lecanaldesmetiers.tv/index.php?option=com_content&view=article&id=5064:qoutil-profq-pdmf-dp3-acc&catid=89:enseignants&Itemid=266

Google Earth : pistes et méthodes
Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d’autres astres !) avec un assemblage de photographies aériennes ou satellitaires. Ce logiciel permet pour tout utilisateur de survoler la Terre et de zoomer sur un lieu de son choix. Mais aussi bien d’autres fonctions ?
Ce document décrit plusieurs techniques d’utilisation de ce logiciel et propose des pistes d’activités.
http://www.ac-nice.fr/svt/productions/exploitations/fiche_googleearth_2012.pdf

Les plantes invasives, deux livres pour se faire une idée
Plantes et animaux venus d’ailleurs
Plantes invasives : à la croisée des sciences biologiques et sociales ?On les dit envahissantes, invasives et les métaphores guerrières ne sont pas de reste pour qualifier ces espèces comme « mauvaises » à l’égard de la nature. Pourtant depuis deux ou trois ans, plusieurs disciplines scientifiques croisent et ouvrent un regard plus neutre sur ces plantes et leurs effets positifs dans nos écosystèmes.Jacques Tassin, chercheur écologue au Cirad invite à nuancer notre regard sur ces espèces, il parle même de les sortir « de cette perception négative et exclusive à l’égard des plantes invasives, en réalité davantage inspirée par une idée ancestrale de la conservation que par l’écologie scientifique ». Car l’idéal de « nature sauvage » (versus nature maîtrisée) des anglo-saxons n’est pas partagé par tous et bien des peuples valorisent indifféremment espèces indigènes et invasives. Pour les aborigènes d’Australie, une espèce invasive est méritante car elle est parvenue à se multiplier dans des milieux souvent difficiles. Et elle a son utilité.Une nature en échange constant « Il faut prendre en compte les réseaux d’interaction qui se lient et délient entre toutes les espèces, et regarder les conséquences positives », précise le scientifique. D’ailleurs « aucune plante invasive n’a jamais entraîné la disparition d’une autre espèce ». Exception posée cependant dans les îles et milieux aquatiques où des invasions exogènes peuvent induire des changements spectaculaires.Pour en finir encore avec les modes établis de représentation de la nature, Jacques Tassin raconte qu’une partie de notre flore et de notre faune « sauvage », du coquelicot au lapin de garenne, sont des espèces anciennement introduites devenues invasives, et font désormais partie intégrante de notre environnement.Et Jacques Tassin de conclure : « c’est bien une question de perception de la nature dont il est d’abord question quand on évoque les espèces invasives ». Il ajoute : « le changement climatique a peut-être ceci de salutaire qu’il nous conduit à repenser la nature telle qu’elle n’a jamais cessé d’être : en perpétuel changement. »
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2010/ca-vient-de-sortir/plantes-et-animaux-venus-d-ailleurs
Espèces invasives : la biodiversité en danger
Les biodiversités d’Europe sont menacées par de nouvelles espèces. Avec l’augmentation des échanges internationaux et de la mobilité, le réchauffement climatique et l’ouverture des marchés, ces animaux, plantes ou micro-organismes se répandent et prennent peu à peu le pas sur les espèces endémiques de nos régions. Les risques : disparition d’espèces locales, mais aussi menaces sur notre santé et notre économie. Rédigé par le chercheur suisse Wolfgang Nentwig, et publié aux Presses polytechniques et universitaires romandes dans la collection Le savoir suisse, l’ouvrage « Espèces invasives. Plantes, animaux et micro-organismes » fait le point sur la situation et en appelle à une stratégie à l’échelle européenne.
L’activité humaine, et notamment la mobilité accrue et la globalisation jouent un rôle prépondérant dans la dispersion et le succès de l’implantation d’une espèce invasive. Les changements climatiques récents ont par ailleurs accéléré la dissémination de certaines d’entre elles. Ces espèces prolifèrent,
étendent leur aire de répartition et manifestent rapidement leurs effets négatifs sur l’environnement. Telles sont les espèces dites invasives. Leurs caractéristiques sont bien particulières : un effet néfaste sur la biodiversité indigène, des risques potentiels importants sur le plan économique, mais aussi des dangers avérées sur la santé humaine.
Menace sur la biodiversité, atteintes à la santé humaine et dégâts économiques De plus en plus d’espèces animales et végétales indigènes, présentes depuis toujours, s’affaiblissent et disparaissent de nos régions. En effet, « les modifications des écosystèmes provoquées par les espèces invasives, souvent à grande échelle, conduisent à une réduction drastique des espèces indigènes, privées de leur base d’existence », s’inquiète l’auteur.
http://www.lesavoirsuisse.ch/livres/978-2-88074-917-0.html

Les dossiers Futura-Sciences
Qui était Néanderthal ?
Un dossier Futura-Siences. Le nom de Néanderthal vient du lieu où ont été retrouvés les premiers ossements de Néanderthaliens (en 1856) : la vallée (thal en ancien allemand) de Neander. Ils ont vécu durant 300.000 ans. Mais qui étaient-ils ? Marylène Patou-Mathis, préhistorienne, nous emmène sur leurs traces.
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/prehistoire/d/neanderthal_1334/c3/221/p1/#xtor=RSS-9
Le coeur : organe de la vie
Le coeur est un organe vital, qui assure la circulation du sang. Entouré par les poumons, il peut mesurer entre 14 et 16 cm, pour environ 300 g. Chaque jour, le coeur effectue quelque 100.000 battements.
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/coeur_1474/c3/221/p1/#xtor=RSS-9
La ménopause
Pour comprendre la ménopause, il faut d’abord comprendre le cycle de la femme fertile. Dès la puberté et jusqu’à la cinquantaine, le corps de la femme suit un cycle d’environ 28 jours, au cours duquel certaines hormones varient selon un schéma bien défini, pour permettre une éventuelle fécondation.
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/la-menopause_1340/c3/221/p1/#xtor=RSS-9

Vigie-Nature
Tous les curieux de nature, du débutant au plus expérimenté, sont invités à se mobiliser et à contribuer ainsi à une meilleure compréhension de la biodiversité ordinaire et de ses réponses face aux changements globaux (urbanisation, changement climatique...). Depuis 1989, Vigie Nature, fondé par le Muséum d’Histoire naturelle, est un programme de sciences participatives animé par un réseau d’associations. Chaque année sont crées de nouveaux observatoires qui se diversifient et rallient un public toujours plus large pour la cause de la biodiversité. Le programme de la saison 2012 vient d’être dévoilé avec trois nouveautés.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/04/05042012_Vigie-Nature.aspx

Débit de l’eau
L’eau a son réseau pédagogique. Rés’eau fédère les initiatives et les ressources autour de la gestion et de la qualité de l’eau développées au sein de l’enseignement agricoles. De la formation de jardiniers amateurs à la gestion économique de l’eau sur une exploitation viticole, les projets sont multiples et le Rés’eau qui n’en est qu’à ses prémices compte bien essaimer pour que l’eau se répande en actions pédagogiques.
http://www.reseau-eau.educagri.fr/wakka.php?wiki=PagePrincipale

Construisez une fusée ou un microscope
Construisez vous-même avec vos élèves une fusée ou un microscope. Ce sont deux des défis scientifiques du numéro 22 de Science in School. La revue, en anglais, du programme européen EIRO, donne des exemples d’applications pour le microscope avec des lycéens. Pour les fusées, une activité qui n’est pas dangereuse, les séquences pédagogiques s’étalent de 13 à 19 ans. Le numéro invite aussi à détourner les articles de presse sur la science pour chercher une vraie démarche scientifique. Cerise sur le gateau : l’interview d’un astronome exemplaire : Maggie Aderin-Pocock. C’est en partie à cause de sa dyslexie que Maggie s’est tournée vers les sciences. En travaillant sur l’astronomie elle a été recrutée par le ministère d ela défense britannique et a travaillé sur des projets secrets. Qui a dit que la défense et les sciences ce n’est pas pour les filles ?
http://www.scienceinschool.org/2012/issue22

Le Tennessee autorise la critique des théories de l’évolution en classe
Selon Education Week, le Tennessee devrait adopter le 20 avril un texte autorisant les enseignants à laisser des élèves prêcher contre la théorie de l’évolution en classe. La mesure est présentée comme une incitation des élèves "à exercer leur sens critique". Le Tennessee a été le premier état à attaquer al théorie de l’évolution dans son école.
http://www.edweek.org/ew/articles/2012/04/10/514580ustennesseeevolution_ap.html?tkn=VWQFoAXh1rbXc7aO2zyXQ7kf8CyaNO6ggc%2FB&cmp=ENL-EU-NEWS2

Fiches repères pour les SVT
Sous la forme d’un fichier PDF, vous trouverez des fiches repères pour la mise en oeuvre de l’enseignement des sciences de la vie et de la Terre au collège.
Fiche 1 - Aménagement et équipement des salles d’enseignement
Fiche 2 : Organisation, équipement et gestion de l’espace de préparation et de stockage
Fiche 3 : Matériel d’observation et d’expérimentation
Fiche 4 : Equipement pour les usages pédagogiques du numérique
Fiche 5 : Équipement en collège, éducation à la sécurité et au développement durable
http://artic.ac-besancon.fr/svt/inf_pro/inf_div/repere_college/reperes_SVT_college.pdf

Au lycée

Les réactions de l’organisme à l’effort
Le logiciel permet à l’élève de comprendre comment l’organisme réagit lors d’un effort en faisant varier son intensité et : d’observer les effets sur le coeur, les poumons ou la température corporelle de faire des zooms à l’aide de la loupe sur un organe pour y faire des injections d’EPO ou des prises de sang à l’aide de la seringue. d’observer les mesures du volume d’air entrant et sortant des poumons, du volume (...)
http://ww2.ac-poitiers.fr/svt/spip.php?article602

ECE 2012 : les 25 situations d’évaluation en SVT
"Les vingt-cinq situations d’évaluation retenues sont extraites des banques nationales. Elles ont été transmises sous forme numérique à toutes les académies concernées pour communication aux établissements. Le chef d’établissement met les situations d’évaluation à la disposition des professeurs dès la diffusion de la présente note de service", annonce le B.O. du 12 avril. Liste des vingt-cinq situations d’évaluation en SVT : obligatoire : 12_B_O_23 V1 ou V2 ; 12_B_N_08 ; 12_B_N_07 ; 12_BP_07 ; 12_B_O_19 V1 ou V2 ; 12_G_P_15 V1 ou V2 ; 12_G_N_15 ; 12_G_O_15 V1 ou V2 ; 12_GN_18 V1 ou V2 ; 12_GP_03 ; 12_G_N_06 ; 12_BO_13 V1 ou V2 ou V3 ; 12_B_N_21 V1 ou V2 ; 12_B_P_23 ; 12_B_P_21 ; 12_B_P_25 ; 12_G_O_10 V1 ou V2 ;
SVT spécialité : 12_G_O_07 ; 12_BO_08 V1 ou V2 ; 12_B_P_13 V1 ou V2 ou V3 ou V4 ; 12_B_N_03 V1 ou V2 ; 12_B_O_03 ; 12_B_P_04 ; 12_B_P_02 ; 12_B_O_05 V1 ou V2.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=59757

Bac 2012 : les premiers sujets
Comme chaque année, Pondichéry ouvre le bal des épreuves du baccalauréat. Pour cette session, en SVT, les thèmes sont :
I : Procréation
II1 : Immunologie
II2 : Couplage des évènements biologiques et géologique au cours du temps
Spé : Du passé géologique à l’évolution future de la planète
http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2012/bac2012-pon.htm

Modéliser les anomalies magnétiques
Ce dossier présente une construction d’une maquette permettant de mesurer et de tracer le champ magnétique de part et d’autre d’une dorsale océanique
http://www.discip.crdp.ac-caen.fr/svt/pages/lycee/premieres/anomalies_magnetiques/anomalies_magnetiques.php


Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois