Hybridations d’Alexis Tricoire, une exposition au jardin des plantes


A l’occasion de la Paris Design Week, les grandes serres du jardin des plantes accueillent les œuvres d’Alexis Tricoire, mettant en scène des installations aussi surprenantes que colorées...

Designer de formation, Alexis Tricoire est, depuis une dizaine d’année, le chef de file du design végétal qui allie l’innovation technologique et l’architecture à la botanique ainsi qu’à l’expression de l’art. Il a exposé ses oeuvres dans différents cadres comme notamment au château de Versailles en 2010.
En tant que « plasticien du végétal », comme il se qualifie, il met en scène la nature au moyens d’objets industriels.

En effet, l’artiste s’est servi de matériaux issus de l’Artisanat de la Brosserie Française pour réaliser son œuvre. Ainsi, dans une quarantaine d’installations regroupées en plusieurs scènes, le plastique se mêle au végétal et s’intègre à la nature pour mieux la sublimer. Le visiteur observe donc, au cours de sa promenade, des objets inattendus tels que des brosses et des balais qui se confondent étonnamment, dans des paysages autant tropicaux que désertiques, avec des lianes, des orchidées ou encore des cactus.

Ici, dans une œuvre nommée Clairière au Chablis, les diverses brosses, intégrées dans la forêt tropicale, peuvent représenter aussi bien des fleurs que des petits personnages rassemblés autour du chablis, un arbre déraciné par une tempête, évoquant un totem, une divinité d’une culture indigène.

Dans cette mise en scène nommée Serpent dévoreur de brosses, les brosses se mêlent aux cactus dans un décor désertique, rappelant par leur forme et leur couleur des reptiles ondulant dans les rochers.

A travers cette œuvre gigantesque dans l’esprit du Land Art, l’artiste a donc mêlé des matériaux hybrides, d’où le nom de l’exposition, afin de faire ressortir la beauté naturelle du lieu. Ainsi des objets industriels, comme ici des simples brosses, perdent leur identité fonctionnelle première pour devenir une œuvre d’art en formant un paysage étonnant et surréaliste, invitant les visiteurs à réfléchir sur la relation entre le naturel et l’artificiel. On ne fait plus la distinction entre l’objet et la plante au sein de ce décor hybride.
Enfin, en récupérant des déchets et rebus de l’industrie, l’artiste nous propose de réfléchir au recyclage et, dans le cadre de l’exposition, à la protection des forêts primaires.

Hybridations :
Du 6 septembre au 24 novembre 2014
Grandes Serres du Jardin des Plantes
de la ville de Paris

Camille Msika


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois